Historique

1993 | Engagement, audace, innovation

André Rochette termine ses études en génie chimique à l’Université Laval. Sous les conseils d’un ami, il se lance dans la vente de thermostats programmables. À l’époque, l’efficacité énergétique est un concept inexistant, mais André fait preuve d’audace et suit ce filon. 1993 est aussi l’année où Richard Tremblay, actuel vice-président d’Ecosystem, entre en scène. Richard est un ingénieur qui a des idées foisonnantes et novatrices. Ensemble, ils proposent à leurs clients des solutions nouvelles pour réduire leur facture d’énergie : l’éclairage efficace et le chauffage biénergie. André fait déjà montre d’engagement, une valeur qui deviendra un des fondements d’Ecosystem, en garantissant les économies. «C’était l’avenir, mais on ne le savait pas encore», dira André Rochette, 20 ans plus tard, à propos de la mission et du modèle d’Ecosystem.

1999 | Un modèle d’affaires qui devance la loi

Le concept d’efficacité énergétique des bâtiments a fait du chemin et le gouvernement québécois légifère : la sélection de firme d’ingénierie pour la réalisation de mesures d’amélioration énergétique devra se faire en fonction de la valeur actuelle nette (VAN) du projet. La VAN est un indicateur qui permet d’évaluer les bénéfices financiers sur lesquels le client pourra compter à l’issue du projet. Ecosystem, dont l’équipe s’est encore agrandie, remporte alors de nombreux projets puisqu’elle est la seule firme à avoir de l’expérience en implantation de mesures qui augmentent la valeur globale des infrastructures. Le modèle d’affaires développé et appliqué au fil des années a devancé la loi.

2000 – 2005 | Un intérêt croissant pour l’efficacité énergétique

Dans les années 2000, les coûts de l’énergie augmentent, rendant les projets d’efficacité énergétique beaucoup plus attrayants. Les commissions scolaires et les hôpitaux du Québec se tournent massivement vers Ecosystem. L’entreprise croît et ouvre un bureau à Montréal (2000). Les succès québécois d’Ecosystem intéressent les secteurs commercial et hospitalier ontariens. Ecosystem ouvre alors un bureau à Toronto (2002).

2005 – 2010 | Pénétration du marché américain

Ecosystem renforce sa position de plus grande entreprise québécoise de services énergétiques. Les commissions scolaires du Québec représentent le principal marché de l’entreprise. Plusieurs d’entre elles sollicitent ses services pour une première fois, d’autres lui font confiance pour des deuxièmes et troisièmes phases de travaux. Des projets d’envergure sont mis en branle dans une vingtaine d’hôpitaux en Ontario. En 2009, Ecosystem ouvre un bureau à New York. En 2010, un premier projet est implanté au Mont Sinai Beth Israel Brooklyn, projet qui remporte, en 2013, le prix Energy Project of the Year décerné par The Association of Energy Engineers – New York Chapter.

2016 | L’efficacité énergétique, un impératif

Aujourd’hui, nourrie par la même audace et une créativité sans cesse croissante, l’équipe d’Ecosystem implante des mesures d’efficacité énergétique à la fois éprouvées et innovantes, dans un marché grandissant. Les coûts de l’énergie augmentant, la demande pour des solutions d’efficacité énergétique est à l’avenant. Pour les propriétaires de parcs immobiliers, la responsabilité environnementale et la rentabilité sont devenus des impératifs, d’autant plus que le premier contribue pleinement au second.