ecosystem
17 novembre 2016

Le Parc olympique vise la haute performance énergétique

Le Parc olympique a amorcé des travaux d’amélioration énergétique qui réduiront sa facture annuelle de 1,3 M$. Le projet, financé en partie par ces économies, permettra aussi de diminuer les émissions de GES de 57 %.

La vaste modernisation des équipements électromécaniques menée par Ecosystem a pour but de réduire la facture énergétique, d’éliminer le gaspillage énergétique et d’optimiser la consommation en l’adaptant aux besoins. Les travaux dureront trois ans. Quatre grands chantiers sont au programme : réfection de la centrale thermique, conversion du réseau de chauffage à la vapeur en un réseau à l’eau chaude, optimisation de la ventilation et installation d’éclairage DEL.

À l’issue du projet, la facture énergétique du Parc olympique baissera de 26 %. Ces économies, auxquelles s’ajoutent des subventions, financent le projet.

Le bilan environnemental du Parc olympique sera amélioré. Les émissions de GES auront chuté de 57 %, soit 5181 tonnes de CO2 par année, ce qui équivaut au retrait de 1524 voitures compactes de la circulation. De plus, plusieurs produits polluants seront éliminés : réfrigérant R22, mercure, BPC.


Contactez-nous pour obtenir le fichier vidéo en haute résolution.

Un partenariat, des garanties

Ecosystem est responsable de toutes les étapes du projet, de la conception à l’implantation, en passant par l’optimisation des systèmes. L’entreprise garantit contractuellement les économies annuelles, les coûts des travaux et les subventions admissibles. Ecosystem a une riche expérience dans la gestion de projets complexes et d’envergure similaires à celui du Parc olympique. À titre d’exemple, les travaux d’amélioration énergétique effectués au Biodôme, voisin du stade, ont réduit de 52 % la facture d’énergie.
Le choix d’Ecosystem s’est fait à la suite d’un appel d’offres public. Les critères de sélection étaient basés sur la qualité technique du projet et sa valeur économique globale sur un horizon de 20 ans.

Plus de valeur

Le vieillissement normal des infrastructures électromécaniques du Parc olympique nécessitait l’élaboration d’un plan de maintien d’actifs. Le simple remplacement des équipements désuets ne générait aucune valeur à long terme, contrairement à un projet d’efficacité énergétique à performance garantie. En plus du maintien d’actifs, un tel projet maximise les économies annuelles, diminue les frais de maintenance, simplifie l’opération, accroît la fiabilité des systèmes et le confort des usagers.

stats-projet-parc_olympique

 

Un parc urbain moderne et efficace

Création architecturale audacieuse de Roger Taillibert, le Parc olympique a été construit pour la présentation des Jeux olympiques d’été de 1976. Il est constitué de la plus haute tour inclinée au monde, du Stade, du nouveau Centre sportif, et de l’Esplanade Financière Sun Life.

Le site est fréquenté par trois millions de visiteurs chaque année. Générateur de plus de 2 500 emplois et symbole international de Montréal, le Parc olympique se positionne comme un important moteur de développement économique et touristique. Ouvert sur le monde et en harmonie avec sa communauté environnante qu’est l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, le Parc olympique est un parc urbain moderne qui, avec ce projet d’efficacité énergétique, démontre un fort leadership environnemental. En optant pour un projet à performances garanties, le Parc olympique fait preuve d’une gestion responsable des fonds publics.

Modernisation de la centrale thermique (2016)

D’un point de vue énergétique, la centrale thermique constitue le point névralgique du Parc olympique. On y produit chauffage et climatisation pour ensuite réacheminer le tout dans les différents secteurs du site. Le remplacement des refroidisseurs et des tours d’eau par des modèles plus efficaces réduira les frais d’exploitation et facilitera l’entretien. Leur fonctionnement, modulable selon des besoins, procurera aussi des économies. Un nouveau dispositif installé sur les cheminées des chaudières au gaz récupère par ailleurs la chaleur pour ensuite la réinjecter dans le système de chauffage.

Nouvelle centrale thermique parc olympique

 

Conversion vapeur-eau chaude du système de chauffage (2016-2017)

Le chauffage à la vapeur engendre des pertes énergétiques (fuites, déperdition thermique des conduites), un désavantage d’autant plus conséquent sur un système vaste comme celui du Parc. Le nouveau réseau à l’eau chaude qui le remplacera sera plus efficace et les chaudières nécessiteront moins de traitements chimiques, abaissant ainsi les coûts et simplifiant l’exploitation du système. Cette conversion permettra aussi l’utilisation de thermopompes récupérant la chaleur excédentaire de certaines zones du bâtiment pour la transférer vers les espaces ayant besoin de chauffage.

Optimisation des systèmes de ventilation et des contrôles centralisés (2016-2017)

Les évènements à forte affluence sollicitent énormément les nombreux systèmes mécaniques du Parc olympique. Lors de périodes creuses, plusieurs sont à l’arrêt ou fonctionnent à plus faible régime. Une révision des horaires d’opération visera une meilleure adaptation aux besoins réels. Des sondes de détection de CO2 ajoutées dans les systèmes de ventilation moduleront avec précision l’apport d’air neuf en fonction du taux d’occupation du bâtiment. Ces interventions amélioreront l’efficacité globale, faciliteront une gestion de l’énergie basée sur les besoins réels et accroîtront le confort des visiteurs.

Installation d’éclairage DEL (2016)

De nouveaux appareils DEL ont amélioré l’éclairage de plusieurs secteurs. Cette technologie a une longue durée de vie, est peu énergivore (jusqu’à cinq fois plus efficace que l’ancien éclairage) et offre une lumière d’une qualité supérieure, totalement adaptée au type d’activités tenues au Parc olympique.

4-rotonde_apres

Télécharger le communiqué de presse

Télécharger le dépliant du projet