Parc olympique

Parc olympique

La Régie des installations olympiques (RIO) souhaitait implanter un projet qui lui permettrait d’améliorer son empreinte environnementale, de réduire ses frais d’exploitation, en plus de renouveler plusieurs équipements vétustes (tours d’eau, refroidisseurs, contrôles). Il s’agissait là d’un défi d’autant plus grand que le site devait demeurer en service en tout temps, entre autres pour la tenue d’événements majeurs.

Atteindre tous ces objectifs dans les délais et les budgets impartis est passé par une modernisation en profondeur de l’écosystème énergétique du Parc olympique. La clé du succès : une réingénierie globale misant sur la synergie et les interactions entre les différentes installations électromécaniques.

Ce projet aura servi d’occasion pour remettre à niveau l’imposante centrale thermique. Son mode de surveillance a d’ailleurs été déclassé suite à une conversion vapeur-eau chaude du réseau de chauffage et au remplacement des refroidisseurs. De capacité adéquate, les nouveaux équipements procureront à la RIO une performance optimale à long terme. De plus, l’opération du site est simplifiée grâce à des systèmes centralisés et le confort des usagers s’est vu amélioré. Quant aux économies d’énergie, elles se chiffrent annuellement à 1,3 M$.

«Ce que nous arrivons à réaliser en 33 mois avec Ecosystem nous aurait pris 8 à 10 ans en mode traditionnel et les résultats finaux d’économies n’auraient probablement pas été au rendez-vous.»

Maurice Landry, Vice-président à la construction et à l’entretien

Le bilan environnemental du Parc olympique s’est nettement amélioré. Les émissions de GES ont chuté de 57 %, soit 5181 tonnes de CO2 par année, ce qui équivaut au retrait de 1524 voitures compactes de la circulation. De plus, plusieurs produits polluants seront éliminés : réfrigérant R22, mercure, BPC.  Symbole international de Montréal, le Parc olympique se positionne comme un important moteur de développement économique et touristique. Désormais, il est aussi un leader sur le plan environnemental.

Les travaux ont duré trois ans (2016-2018). Le projet s’est décliné en quatre grands chantiers : réfection de la centrale thermique, conversion du réseau de chauffage à la vapeur en un réseau à l’eau chaude, optimisation de la ventilation et installation d’éclairage DEL.

  • 26 %

    de réduction de la facture

  • 2015-2018

    Années de réalisation

  • 22,7 M$

    d'investissement

  • 1,3 M$

    d'économies annuelles garanties

  • 8,8 M$

    de subventions et de budget de maintien d'actifs

Distinction

2019 ASHRAE Technology Awards,  Bâtiment public existant

Association of Energy Engineers' (AEE) 2018 Award - Canada Region Energy Project of the Year

Quatre grands chantiers

Réfection de la centrale thermique

D’un point de vue énergétique, la centrale thermique constitue le point névralgique du Parc olympique. On y produit chauffage et climatisation. Le tout est acheminé dans les différents secteurs du site. Le remplacement des refroidisseurs et des tours d’eau par des modèles plus efficaces a réduit les frais d’exploitation et facilite l’entretien. Leur fonctionnement, modulable selon des besoins, génère aussi des économies. Un nouveau dispositif installé sur les cheminées des chaudières au gaz récupère la chaleur pour ensuite la réinjecter dans le système de chauffage.

2014-10-30 11.54.01


Conversion vapeur-eau chaude du système de chauffage

Le chauffage à la vapeur engendre des pertes énergétiques (fuites, déperdition thermique des conduites), un désavantage d’autant plus conséquent que le système du Parc est vaste. Le nouveau réseau à l’eau chaude est plus efficace et les chaudières nécessitent moins de traitements chimiques, ce qui abaisse les coûts et simplifie l’exploitation du système. Cette conversion permet aussi l’utilisation de thermopompes récupérant la chaleur excédentaire de certaines zones du bâtiment pour la transférer vers les espaces ayant besoin de chauffage.


Optimisation des systèmes de ventilation et des contrôles centralisés

Les évènements à forte affluence sollicitent énormément les nombreux systèmes mécaniques du Parc olympique. Lors de périodes creuses, plusieurs sont à l’arrêt ou fonctionnent à plus faible régime. Une révision des horaires d’opération permet une meilleure adaptation aux besoins réels. Des sondes de détection de CO2 ajoutées dans les systèmes de ventilation modulent avec précision l’apport d’air neuf en fonction du taux d’occupation du bâtiment. Ces interventions améliorent l’efficacité globale, facilitent la gestion de l’énergie en se basant sur les besoins réels. Le tout accroît le confort des visiteurs.


Installation d’éclairage DEL

La technologie DEL installée a une longue durée de vie, est peu énergivore (jusqu’à cinq fois plus efficace que l’ancien éclairage) et offre une lumière d’une qualité supérieure, totalement adaptée au type d’activités tenues au Parc olympique.

2014-10-30 11.54.01