Parc olympique

Cure de jeunesse d’une infrastructure d’envergure

  • Maintien des services pendant l’implantation
  • Maintien d’actifs et mise à niveau
  • Déclassement du mode de surveillance
  • Performance opérationnelle
  • Opération et entretien simplifés

La Régie des installations olympiques (RIO) souhaitait implanter un projet qui lui permettrait d’améliorer son empreinte environnementale, réduire ses frais d’exploitation et renouveler plusieurs équipements vétustes (tours d’eau, refroidisseurs, contrôles). Il s’agissait là d’un défi d’autant plus grand que le site devait demeurer en service en tout temps, entre autres pour la tenue d’événements majeurs.

Atteindre tous ces objectifs dans les délais et les budgets impartis est passé par une modernisation en profondeur de l’écosystème énergétique du Parc olympique. La clé du succès : une réingénierie globale misant sur la synergie et les interactions entre les différentes installations électromécaniques.

Ce projet aura servi d’occasion pour remettre à niveau l’imposante centrale thermique. Son mode de surveillance a d’ailleurs été déclassé suite à une conversion vapeur-eau chaude du réseau de chauffage et au remplacement des refroidisseurs. De capacité adéquate, les nouveaux équipements procureront à la RIO une performance optimale à long terme. De plus, l’opération du site est simplifiée grâce à des systèmes centralisés. Quant aux économies d’énergie, elles se chiffrent annuellement à 1,3 M$.

  • 2018 ASHRAE Technology Awards Bâtiments publics existants Région II
  • 2018 Energy Project of the Year Award Canada Region AEE

Principales mesures implantées

  • Conversion vapeur-eau chaude du réseau de chauffage
  • Récupération de chaleur
  • Gestion de la pointe électrique
  • Réfection du réseau d’eau refroidie
  • Modernisation des contrôles
  • Conversion de l’éclairage
  • Recommissioning
  • Remplacement de thermopompes
  • Optimisation de la ventilation
  • Amélioration de l’étanchéité de l’enveloppe

«Ce que nous arrivons à réaliser en 33 mois avec Ecosystem nous aurait pris 8 à 10 ans en mode traditionnel et les résultats finaux d’économies n’auraient probablement pas été au rendez-vous.»

Maurice Landry, Vice-président à la construction et à l’entretien