11 juin 2018

1000 km en vélo : le défi n'est pas celui qu'on croit

4 jours, 3 nuits, 1000 km. L’équipe Ecosystem est sur la ligne de départ du Grand Défi Pierre Lavoie (GDPL) pour la 5e année. 5 cyclistes pédaleront nuit et jour, à relais, entre Saguenay et Montréal. Le défi semble énorme, mais il ne l’est pas autant que le défi de société auquel nous faisons face : amener les Québécois à adopter de saines habitudes de vie.

L’objectif premier du GDPL est d’inciter les gens à bouger et à bien s’alimenter pour contrer les problèmes de santé reliés à la sédentarité et à l’obésité. Un objectif qui résonne chez Ecosystem et pour lequel nous nous mobilisons chaque année. Une mobilisation qui prend trois formes.

1. Bouger tout le temps

Chaque automne, André Rochette, président d’Ecosystem, demande aux employés souhaitant participer au défi du 1000 km de lui envoyer une lettre de motivation. Habituellement, les deux chanceux sélectionnés apprennent la nouvelle lors de l’Ecofest, notre évènement festif du mois de décembre. Cette année, aucun nom n’a été dévoilé. Le message derrière cette « non-annonce » : continuez tous à vous entrainer comme si vous alliez faire le GDPL, et surtout, n’arrêtez pas quand les heureux cyclistes seront annoncés plus tard au printemps.

C’est finalement les ingénieurs Mathieu Turcotte et Oliver Pettersen qui pédaleront aux côtés d’André Rochette, Jean-Louis Lemay et Pierre Tremblay, les trois fondateurs de l’équipe. Se joint à eux Sylvain Roy, technicien comptable chez Ecosystem, qui sera au volant du VR de l’équipe.

2.Bouger ensemble

La Boucle est une des étapes du GDPL. 135 km que peuvent parcourir ceux qui veulent se joindre aux cyclistes du 1000 km le temps d’une journée. Cette année, cette étape réunira 19 boucleurs d’Ecosystem.

3.Bouger avec les jeunes

Tant dans le cadre du GDPL que de la Boucle, de l’argent est amassé et remis à trois écoles primaires : l’école Saint-Fidèle, à Québec, l’école Saint-Louis-de-France, à Lévis, et l’école Notre-Dame-de-la-Garde, à Montréal. L’argent servira à l’achat de matériel sportif pour inciter les enfants à bouger tout en s’amusant. Et pour les motiver, les cyclistes d’Ecosystem passent un peu de temps dans chacune des écoles pour faire du sport avec eux.